Ring de Wagner et Art Contemporain à Berlin
Proposé par OperaTrotter du 16 au 22 novembre 2021

La Tétralogie de Wagner dans la mise en scène du metteur en scène Norvégien Stefan Herheim devait être le spectacle phare de la rentrée 2020. Il aura enfin lieu en novembre 2021 au Deutsche Oper Berlin. Une distribution exceptionnelle sous la direction de Sir Donald Runnicles : John Lundgren, Nina Stemme, Iain Paterson, Elisabeth Teige, Brandon Jovanovitch, Simon O’Neill…
Le séjour est centré sur cette œuvre monumentale, mais inclura également des visites d’art contemporain, puisque Berlin est un carrefour cosmopolite où l’on trouve les plus grands noms de la scène artistique.

1.jpeg
2.jpeg
3.jpeg

Das Rheingold
Le prologue raconte les origines du drame. L’or pur repose au fond du Rhin, gardé par trois ondines, les filles du Rhin, mais il est dérobé par le Nibelung Alberich qui en forge un anneau qui donne une puissance sans limite à celui qui le possède. Trompé par le Dieu des Dieux Wotan, dépossédé de son or, Alberich maudira le « Ring » qui causera désormais la perte de quiconque le possédera… La « lecture » de Herheim est de démontrer que la musique est le démiurge de l’œuvre et de transposer l’esprit de la Tétralogie au XXIe siècle. Son regard est clair, sans concession.

 

Die Walküre

Wotan, le Dieu des Dieux rêve de donner naissance à un homme libre, seul capable de récupérer l’anneau : ce sera Siegmund. Mais ce dernier couche avec sa sœur jumelle Sieglinde et Wotan se verra contraint de le tuer…
Le couple de jumeaux n’apparaît plus comme celui d’amants perdus dans un monde hostile, mais se voit appliquer par Herheim un regard sur la mythologie qui prend à la lettre ce qui fait le sel des histoires des Dieux, grecs ou scandinaves. On n’avait jamais pensé voir Sieglinde en Médée : c’est désormais un des possibles de Sieglinde, vêtue de rouge…

Siegfried
Siegfried est sans doute le volet le plus optimiste, le seul en tous cas qui se termine
par une perspective positive où le héros rédempteur de la Tétralogie est vainqueur. Du plus profond de la forêt au sommet du rocher, de l’obscurité de la caverne à la lumière qui
irradie la scène finale, de l’ignorance à la connaissance : cette dynamique globalement
ascensionnelle de Siegfried se joue à l’intérieur même de chaque acte. Herheim imagine des solutions de continuité d’un épisode à l’autre tout en gardant ses distances avec Wagner, avec beaucoup d’ironie.


Götterdämmerung
Dans le dernier maillon du cycle, Herheim met en scène le dernier soubresaut d’un monde déjà condamné, l’indispensable catastrophe qui laissera le champ libre à un homme nouveau. Dans son projet, le Crépuscule est un moment de rupture, la fin du Mythe et le début de l’Histoire, dans laquelle Brünnhilde et Siegfried tombent brutalement. Ainsi cette idée de destruction en arrière-plan, cette présence de « réfugiés errants », thème sensible à Berlin, est-elle ce qui semble être la vérité du monde, une vérité de fin du monde…

4.jpeg
5.jpeg
6.jpeg

Art Contemporain

Qu’est-ce qui fait courir le monde de l’art vers Berlin ? Les espaces d'art contemporain de Berlin repoussent les limites de la ville où les galeries et les musées continuent d'envahir et d'influencer la ville. Des visites guidées de lieux fascinants sont au programme : Humboldt Forum, Berlinische Galerie, Sammlung Boros, Sammlung Hoffmann, Hamburger Bahnhof, sans compter le Musée Juif et une journée à Potsdam pour découvrir le Palais de Sans-Souci et la collection du Musée Barberini.

7.jpeg

Chaque soir avant la représentation, Lama Tyan vous retrouvera pour évoquer le compositeur et son oeuvre, les temps forts des quatre opéras, et quelques “tuyaux” pour une meilleure écoute!

 

Informations pratiques et inscriptions chez Volver: Mme Denise Chedid +9611398577 ou par email denise.chedid@volvertours.com